mets mots à bordeaux

Mets mots



Je le reconnais, à l’heure du déjeuner je m’aventure rarement hors d’un certain périmètre … Quand une cops me propose de déjeuner ensemble et qu’on tombe sur une date qui nous convient, forcément me revient la responsabilité de choisir où…

Et bien, pour le meilleur (et pas pour le pire) toutes mes cantines habituelles se trouvent être fermées pour congés. Un restaurant sur ma to-eat-list depuis longtemps, rouvre justement, lui. Ira, ira pas ? Il est gavé loin de nos bureaux respectifs mais bon, sur un malentendu, elle accepte (confondre Judaïque et Fondaudège, sérieusement I. ?).

Nous nous retrouvons donc chez Restaurant Mets Mots, au 98 rue Fondaudège. Ne fais pas cette tête, les travaux sont presque finis et même si tu viens à pied sur des talons de 10 cm en passant par Clemenceau et Tourny, ma parole que tu ne risques rien (testé IRL).

Je suis “Mets Mots” sur Insta depuis son ouverture, il figurait sur ma to-eat-list depuis un sacré moment donc mais voilà : Fondaudège, des dispo qui ne collaient pas aux jours d’ouverture, etc. Dire que j’ai été ravie est un euphémisme : de la déco au contenu de mes assiettes, tout a été top y compris le service.

La déco : à la manière du foncier bordelais, nous voilà dans un restaurant avec une petite entrée qui annonce un premier espace autour du bar vintage avant de s’étirer en longueur vers un second espace, sous une verrière et surtout avec vue sur les cuisines.

Je ne sais pas toi mais moi j’adore voir le spectacle des cuisines. Mobilier vintage tendance indus’, sans chichis. Du beau et même du très sympa. Ce n’est pas immense mais la déco, qui rend hommage au passé du bâtiment, créé un restau chaleureux et accueillant.

Les assiettes : au déjeuner, tu peux faire le grand chelem (entrée, plat, dessert : 22€) ou entrée-plat ou plat-dessert (18€). La coupine choisit la soupe froide de tomate et le filet de lieu noir, purée d’artichauts et courgettes. Pour moi, ce sera aussi le lieu noir (malgré un désamour profond des artich) mais avec un dessert : gâteau au chocolat et panna cotta à la menthe. Non seulement le service est assez rapide mais en plus l’arrivée de ton assiette te régale les yeux et promet de doux moments à ton palais.

Le lieu, cuit à la perfection, était savoureux, les courgettes (absolument pas amères) étaient à la fois croquantes et moelleuses (une vraie gourmandise) quant à la purée d’artichauts, je l’ai savourée oui ,oui moi qui déteste les artichauts… Ronde en bouche, légère, goûtue, parfaitement assaisonnée. Idem pour la sauce.

Pour tout dire, mea culpa, j’ai saucé mon assiette tellement ce plat était une régalade ! Exécution parfaite : équilibre des saveurs et des textures, cuisson maîtrisée, assaisonnement dosé à la perfection.

Oui, je sais : tu te dis « et le dessert alors ? ». Le gâteau est à tel point léger et moelleux que même une seconde part serait envisageable, oui même en plein été et alors que tu sautes dans ton maillot de bain aux premières lueurs les week-ends. La panna cotta ne ressemble pas à celles dont j’ai l’habitude mais ça ne l’empêche pas d’être excellente.

Elle a un vrai goût de menthe, elle est fraîche et s’équilibre à la folie avec le gâteau. Moi je dis banco.

Le service est efficace, discret, souriant et accueillant. Nos éclats de rires ne nous ont pas valu l’opprobre ! On se sent bien au Restaurant Mets Mots, pas de crise d’hypoglycémie parce que les plats mettent une éternité à arriver et on ne vous presse pas de libérer la table.

La cop est tout aussi en joie que moi par ce repas, même si nous allons être en retard à nos bureaux… Franchement ?

Tant pis, ça en valait la peine. J’ai vraiment eu un gros coup de cœur pour la cuisine mais aussi pour l’ambiance.

Je t’ai dit que Mets Mots avait été distingué par le Gault et Millau l’an dernier ? Et cette année, il a reçu un Bib gourmand du Michelin.

La carte change tous les 2 jours, de quoi justifier de fréquentes visites 😇, surtout avec la disparition du Raviolon. Pour ma part, je reviendrai tester la carte du soir et …la carte des vins, privilégiés en bio et biodynamie.

En conclusion : on applaudit parce que c’est délicieux, de qualité, bien exécuté (je ne suis toujours pas remise de la cuisson du lieu) et surtout l’addition reste très abordable et, dans notre belle éveillée, ça devient rare !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *